Il y a 1 an, en plein chaos, en pleine interrogation sur notre vie, sur notre couple, sur notre avenir boiteux, une petite vie prenait doucement forme. Une petite vie s'installait confortablement à l'endroit même où Lysandre avait été arraché 6 mois plus tôt. Cette petite vie avait décidé que la vie valait le coup d'être vécue, que la vie devait continuer malgré tout, que la vie devait avancer sous la protection de l'ange qui dorénavant veillait sur notre famille.

Ce petit mélange de nous a passé 8 mois à essayer de faire sa place , non pas de faire oublier son frère mais d'exister pour lui même. Et inutile de dire que la tâche était dure. Les seuls à croire en lui étaient peut être finalement ses 2 frères et sa soeur.

1 an après, tu es là. tu es bien là mon petit Gaulthier, nous émerveillant chaque jour un peu plus de tes sourires, de ta bonne humeur, de tes yeux si avides de découvertes, de tes mains chaudes qui caressent nos joues, de ton corps si chaud qui réchauffe nos âmes.
Te regarder grandir parmi nous , voir tes aînés te cajoler et t'innnoder de bisous c'est accepter difficilement de ne pas vivre ces moments avec Lysandre. Chaque jour où je te regarde mon esprit est partagé entre la joie de te connaître, de te serrer dans mes bras, de recevoir ton amour aveugle ... et la constatation de l'absence de Lysandre. Ce petit bébé que je n'ai pas eu le courage de prendre dans mes bras, ce petit être qui n'aura connu que la froideur d'une couveuse et qui est parti seul, en silence. Ce petit bébé qui petit à petit s'efface des mémoires de l'entourage, ce petit bébé dont la courte histoire ne sera jamais connu par certains. ce n°4 qui manquera toujours à l'appel. Combien de temps allons nous avoir cette force de revendiquer ta naissance en disant que nous avons 5 enfants ... combien de temps avant que nous choisissions la facilité de dire 4 pour ne pas avoir à affronter les interrogations? Combien de temps avant que je ne ressente plus de pincement quand j'entend "Céline, elle a 4 enfants". Le deuil n'a pas de fin ... il s'apprivoise. On s'en accommode parce qu'on décide un jour de continuer à vivre malgré le chagrin.
Oui t'aimer pour toi et juste pour toi, c'est accepter chaque jour un petit peu plus que Lysandre ne sera jamais avec nous. C'est accepter son absence pour profiter de ta présence et de l'amour que tu nous offres. C'est reconnaître ta vie comme la tienne, c'est accepter qu'elle soit indépendante de celle de Lysandre. Le chemin est encore long mais ton sourire nous aide chaque jour.

IMG_4878Gaulthier , 4 mois